visitez l'aquarium

Récentes actions :

Surveillance de l’état de santé des récifs des îles proches de l’archipel de la Guadeloupe

Association porteuse : REEF CHECK

actions1

Plusieurs stations de surveillance de l’état des récifs ont été installés en Guadeloupe...

en savoir plus

Surveillance de l’état de santé des récifs des îles proches de l’archipel de la Guadeloupe

Association porteuse : REEF CHECK

actions1

Plusieurs stations de surveillance de l’état des récifs ont été installés en Guadeloupe...

en savoir plus

IGREC Mer

Qui sommes-nous ?

Bien que la convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES ou convention de Washington) ait inscrit les tortues marines en annexe I (importation et exportation interdites) en juillet 1974, la chair de tortue était toujours consommée au début des années 80. Il était courant de trouver des plats à base de tortue dans les restaurants, les détenus de la prison de Pointe-à-Pitre travaillaient à la fabrication d’objets en écaille de tortue et les magasins souvenirs de l’île proposaient des carapaces et divers objets en écaille.

A sa création en 1987, l’Aquarium a été amené à recueillir des tortues blessées. En 1991, la Guadeloupe était la première île des Caraïbes à déclarer toutes les tortues marines de la région « espèces protégées ». En 1999 l’association KARET a été créée afin de différencier les activités de l’Aquarium et celles du Centre de Soins.

tortuer
photo2

photo3

Le Centre de Soins a pour objet de recueillir des tortues blessées ou saisies par les autorités, de les soigner et de les relâcher. Il est hébergé par l’Aquarium à titre gracieux. Son fonctionnement est assuré par :

• L’Aquarium, qui met à disposition de l’association son personnel, son matériel et ses moyens techniques.
• La DEAL et l’ONCFS Guadeloupe qui participent aux investissements et aux frais de fonctionnement (achat de médicaments, honoraires des vétérinaires, destruction des cadavres…).